Madame la Ministre, chère collègue, si vous les imposez, les 11 vaccinations doivent être sans aluminium seulement à partir des 2 ans de l’enfant surtout si la mère en bonne santé l’allaite et ainsi le protège

/, Avant 2 ans, Conseils de Santé, Immunité - Vaccins/Madame la Ministre, chère collègue, si vous les imposez, les 11 vaccinations doivent être sans aluminium seulement à partir des 2 ans de l’enfant surtout si la mère en bonne santé l’allaite et ainsi le protège

Madame la Ministre, chère collègue, si vous les imposez, les 11 vaccinations doivent être sans aluminium seulement à partir des 2 ans de l’enfant surtout si la mère en bonne santé l’allaite et ainsi le protège

Lettre N°170 du Pr Henri Joyeux – Le 5 septembre 2017

Les courtes vacances que vous avez eues, vous ont certainement permis de prendre un certain recul par rapport aux conseils de vos experts. C’est d’ailleurs ce que le président Macron conseillait à juste raison à ses ministres encore récemment.

Dans votre dernière annonce, vous voulez rendre la confiance aux Français et vous avez raison. Votre objectif n’est pas de sanctionner, c’est fort heureux. Votre déclaration a évidemment conforté les fabricants dont le cours de bourse en baisse depuis plusieurs semaines à augmenter le lendemain de votre déclaration de 1,13%. 

Vous affirmez d’une manière étonnante :

« 10 ou 15 % d’enfants qui ne sont pas vaccinés (par ces vaccins fortement recommandés), ce qui met en danger les autres enfants et favorise la réémergence d’épidémies pour lesquelles il y a des morts aujourd’hui. Il faut que (ceux-ci) se mettent en ordre de marche pour protéger le reste de la population. »

Comment les non-vaccinés peuvent-ils contaminer les 85 à 90% de vaccinés puisque le vaccin est destiné à les protéger ? Êtes vous certaine que les enfants soient décédés seulement parce qu’ils n’étaient pas vaccinés, quand vous connaissez comme moi, les dangers des vaccinations chez les enfants immunodéprimés quelles qu’en soient les raisons.

Pourquoi ne parlez vous pas des réfugiés qui devraient être systématiquement vaccinés, puisque ils proviennent de pays très pauvres en matière de soins et de santé. Ils ont droit prioritairement à cette solidarité internationale.

Vous voulez réduire tabagisme et alcoolisme, pourquoi ne parlez vous de la drogue qui est devenu un fléau social chez les jeunes et les moins jeunes ?

Vos conseillers ont-ils appartenu à l’équipe ministérielle précédente ? On peut se poser la question car ils veulent rendre obligatoire de gré ou de force les 11 vaccinations qui inquiètent fortement les familles.

Ma première lettre vers vous a suscité un grand nombre d’approbations, car le grand public sait désormais comment et qui le manipule pour rendre obligatoire 8 vaccins supplémentaires.

Comme vous, chère collègue, je ne suis pas vaccinologue, ce qui est vrai de tous les médecins prescripteurs de vaccins. Doivent-ils vacciner sans réfléchir, sans connaître la longue liste, pour chaque vaccin, des contre-indications, des mises en garde et précautions d’emploi que diffusent les fabricants et qui sont destinés à tous les médecins ?

Nos spécialisations respectives, la cancérologie-hématologie pour vous et les tumeurs solides pour ce qui me concerne, nous imposent de connaître dans ses détails le système immunitaire, ses fragilités et les moyens les plus modernes de le stimuler.

En savoir plus

 

 


Ces Conseils de Santé vous sont offerts gratuitement par votre association et ne peuvent être considérés comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur ces  contenus, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. Aucune des informations ou produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.

Vous avez une Question Personnelle de Santé (réponse confidentielle) ou vous souhaitez bénéfier des services réservés ? Cliquer ici pour considérer une cotisation annuelle.