Cancer du pancréas : causes et prévention

////Cancer du pancréas : causes et prévention

Cancer du pancréas : causes et prévention

Lettre N°32 du Pr Henri Joyeux – Le 22 octobre 2014

Le cancer du pancréas est responsable de la mort de plus de 300 000 personnes par an dans le monde. Il atteint un peu plus de 10 000 personnes par an en France et malheureusement de plus en plus.

Le nombre de malades atteints est en augmentation nette depuis 30 ans, touchant hommes ou femmes entre 60 et 80 ans, mais aujourd’hui de plus en plus tôt, dès 40 ans. Nous voyons dans notre pratique médico-chirurgicale trop de patients atteints par ce type de tumeur. Ils arrivent encore souvent à un stade avancé de la maladie qui ne permet que des traitements palliatifs.

Parmi les nouveaux traitements, il faut d’emblée signaler l’efficacité de plus en plus grande des anti-facteurs de croissance. Ce sont les thérapies dites “ciblées” qui, à la différence de la chimiothérapie, agissent prioritairement sur les cellules malades et perturbent moins les cellules normales (globules blancs et autres cellules normales en division).

Les thérapies ciblées “ciblent” la famille des récepteurs de facteur de croissance [1]. L’interaction négative entre le récepteur de l’EGF (EGF pour Epidermal Growth Factor) ou HER1 et HER2 (HER pour Human Epidermal Growth Factor Receptor 1 ou 2) lorsqu’ils sont co-exprimés à la surface de la membrane des cellules cancéreuses, et leur coopération pour induire des signaux toxiques intracellulaires, semblent être responsables d’une plus grande agressivité tumorale et font de ces deux récepteurs des cibles thérapeutiques majeures.

L’objectif des thérapies ciblées est évidemment l’inhibition de la multiplication cellulaire incontrôlée [2], de l’angiogénèse (construction anormale de vaisseaux qui nourrissent la tumeur) et du processus métastatique.

Les causes sont d’autant plus faciles à comprendre et à éviter que l’on sait de plus en plus aujourd’hui comment “agresser” le pancréas.

La glande pancréatique est un organe fragile. L’agresser c’est l’irriter, l’enflammer pour la conduire en quelques années au cancer. Pour cela, les chercheurs pensent qu’une douzaine d’années sont nécessaires pour passer d’une pathologie bénigne difficile à diagnostiquer à une pathologie cancéreuse très grave.

Par contre, le temps d’envahissement ganglionnaire est beaucoup plus rapide, 1 à 3 mois suffisent comme nous avons pu le vérifier nous-mêmes chez plusieurs patients.

Sur 100 malades atteints au niveau des cellules des canaux pancréatiques, nous ne guérissons que 5 % d’entre eux, mais nous parvenons à guérir 10 à 20 % de ceux qui sont opérables (en général sans atteinte cancéreuse des ganglions autour du pancréas). Chez ces derniers, le diagnostic a été fait précocement.

En savoir plus

 


Ces Conseils de Santé vous sont offerts gratuitement par votre association et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur ces  contenus, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. Aucune des informations ou produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.

Vous avez une Question Personnelle de Santé (réponse confidentielle) ou vous souhaitez bénéfier des services réservés Cliquer ici pour considérer une cotisation annuelle.